Réunion avec le ministre des Affaires sociales

par | 8 Juin, 2018 | rencontre

L’ANATE a répondu présente, ce samedi 8 juin 2018, à l’invitation du Consul Général de Tunisie à Lyon. M. Adel Ben Lagha avait saisi l’occasion de la visite de M. Mohamed Trabelsi, ministre tunisien des Affaires sociales, pour organiser une rencontre avec les représentants des associations de franco-tunisiens de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Une rencontre qui s’est déroulée à bâtons rompus. En effet, le ministre et son hôte ont placé les échanges sous le signe de l’écoute et du dialogue direct.

Le ministre des Affaires sociales annonce la réouverture de la Maison du Tunisien 

Les doléances présentées au ministre se sont rejointes sur une revendication majeure : la création d’une Maison du Tunisien à Lyon. Plus précisément, sa réouverture, après que ce lieu de rassemblement et de réseautage des Tunisiens de Lyon a été fermé en 2015. Une initiative que l’ANATE a d’ailleurs portée voilà 3 ans, à travers un projet de création d’un Institut de Tunisie à Lyon. Le projet avait alors été défendu auprès du ministre des Affaires sociales de l’époque et de l’Assemblée des Représentants du Peuple. La Maison du Tunisien permettrait en effet de donner davantage de visibilité aux associations de franco-tunisiens. Elle permettrait également de mutualiser leurs expériences et leur savoir-faire dans leurs domaines d’action respectifs. Promesse a donc été faite par M. Trabelsi de tout mettre en œuvre pour accélérer la réimplantation de cette structure à Lyon. Et pour supprimer ainsi une incongruité, la capitale des Gaules étant en effet le deuxième plus large foyer de Tunisiens en France.

 

Consolider les liens avec la Tunisie

Les débats ont également porté sur la nécessité de consolider les liens des jeunes franco-tunisiens avec la Tunisie. Car le diagnostic d’un éloignement croissant de ces jeunes avec leur pays d’origine est unanimement posé par les participants. La généralisation des cours de langue arabe, la réduction du coût du retour estival en Tunisie et le rôle intégrateur d’une Maison du Tunisien ont été avancés comme autant de suggestions pour renforcer cette relation dangereusement distendue. Cette problématique, dont M. Mohamed Trabelsi a souligné l’acuité dès le début de son intervention, s’inscrit dans le cadre plus général de l’indispensable mobilisation de toutes les compétences tunisiennes. Qu’elles se trouvent à l’intérieur ou en dehors de la Tunisie, toutes sont appelées à contribuer au renforcement de l’économie du seul rescapé du « Printemps arabe ». Une finalité qui a d’ailleurs motivé la création de l’ANATE, et que celle-ci remplit quotidiennement, au niveau régional, par ses activités de networking.

Ministre des affaires sociales et Consul
Assistance